A l’origine de notre quête, la rencontre récurrente d’organisations prisonnières de pratiques désuètes et limitantes.

Notre première intuition :

La nécessité de remettre la question du SENS au coeur de la stratégie et du management.

Sans toujours (se) l’avouer, certains patrons pensent que s’interroger sur la question du sens ultime poursuivi par leur entreprise est un enjeu théorique, une réflexion inutile car trop abstraite.

Le fait de contrer cette “perte de sens” dans les organisations est sans doute un des premiers projets qui nous aura mis en mouvement chez Conscious Partners.

Notre seconde intuition :

Aucune structure ne peut produire des résultats à l’externe et du bien-être à l’interne sans miser sur la COOPÉRATION.

De façon quasi-généralisée, les cours de management inculquent aux patrons l’idée que la motivation provient de la mise en concurrence, tant entre entreprises qu’entre employés en leur sein.

Notre second grand moteur pour l’action aura consisté dans le fait de dépasser ce postulat, en allant explorer les potentialités insoupçonnées du “travailler ensemble”.

Pour tester cette double intuition, nous avons procédé en 3 temps :

Emerveillement face à la capacité inépuisable du vivant à s’organiser et à s’adapter.

Etude des disciplines valorisant les “ponts” existants entre nature et vie des organisations.

Enfin, développement de méthodologies propres à opérer pratiquement la transposition.

Cela ne date pas d’hier que nous soyons fascinés par la Nature, tant au niveau de son organisation que de sa beauté. Derrière leur chaos apparent, quoi de plus efficacement pensé, de plus pacifiquement déterminé, en effet, qu’un océan, une forêt, une ruche, ou… un coin de potager ?!

A l’intersection de la permaculture et de l’écologie profonde, de la sociocratie et de la CNV, se trouvent d’étonnants principes de cohabitation et de bon sens. Nous avons repris en chacune de ces disciplines ce qu’elles avaient à nous apprendre sur l’interaction entre être humains.

Etre convaincu des bienfaits de cette transposition était une chose … mais il fallait encore la matérialiser dans les faits ! Il nous a donc fallu travailler encore, pour dégager des méthodologies concrètes, que les organisations puissent mobiliser au quotidien.

Cette nouvelle approche ne nous a cependant pas laissés indemnes…

Prôner l’alignement et la coopération, c’est en effet s’astreindre soi-même à une obligation de congruence de tous les instants !

Et s’adresser personnellement une foule de questions en lien avec les actes que l’on pose dans sa vie quotidienne :

Sont-ils pertinents, cohérents ? Dégagent-ils de la bienveillance ? Génèrent-ils des effets soutenables dans la durée ?